Doper le rendement en changeant d’assurance

Doper le rendement en changeant d’assurance

Les emprunteurs immobiliers n’étaient déjà plus obligés de contracter l’assurance décès invalidité de la banque prêteuse. Bientôt, ils pourront aussi changer d’assurance en cours de prêt. Le coût de cette dernière n’étant pas négligeable, cette possibilité sera à étudier de près pour doper la rentabilité de ses investissements immobiliers.

Les députés et les sénateurs ont adopté la semaine dernière le principe d’un droit pour tous les emprunteurs de renégocier, pendant toute la durée du prêt, leur contrat d’assurance. Ils l’ont fait à l’occasion de la ratification d’un projet d’ordonnances relatives à la consommation ; ordonnances qui devraient être publiées fin février. La mesure sera donc applicable dès le mois de mars aux offres de prêt émises à partir de cette date, et à compter du 1er janvier 2018, aux contrats d’assurance en cours d’exécution.

Il y a quelques années, les parlementaires s’étaient déjà attaqués au monopole des établissements bancaires en interdisant à ces derniers le fait d’obliger leurs clients à souscrire leur propre assurance. Dans la réalité, pas si facile d’aller souscrire auprès d’un autre assureur ; les banques conditionnant souvent le taux le plus intéressant à la souscription du contrat d’assurance maison… Avec ce droit au changement en cours de contrat, cette pression des banques n’aura plus lieu d’être ; Les emprunteurs pouvant changer d’assurance dès l’année suivante s’ils le souhaitent…

Cette possibilité est intéressante pour les investisseurs car le poids de l’assurance décès invalidité est loin d’être négligeable dans le poste « coût du crédit » : elle peut représenter jusqu’à 30% à 40% du coût total.

La possibilité de faire appel à une autre compagnie pour en baisser le poids pourra donc permettre d’accroître le rendement de son investissement. Encore faudra-t-il trouver moins cher ailleurs car plus on avance en âge, plus le prix de cette assurance est élevé. Bon à savoir, toutefois : la prime d’assurance étant calculée sur le capital à rembourser, elle s’amenuise au fil du temps en fonction du capital restant dû. Après quelques années, il est donc intéressant de changer d’assurance, même au même taux : le capital à rembourser étant moindre, la prime sera également diminuée…

En tout état de cause, les investisseurs immobiliers ont une marge de négociation ; les banques appréciant évidemment les épargnants aisés et « long terme. » Il ne faudra donc pas hésiter à mettre dans la balance, au moment de trouver une nouvelle assurance à taux plus attractif, votre statut et vos possibilités d’investissements futurs…

 

Patrick Chappey – © 2017 Gererseul.com