Les emprunts sur 30 ans de nouveau possible

Les emprunts sur 30 ans de nouveau possible

C’est l’information qui donne, au cœur de l’hiver, le sourire aux investisseurs immobiliers. Les emprunts étalés sur trente ans sont de nouveau proposés par les banques. Reste à trouver un taux intéressant.

Depuis quelques années, il était difficile d’obtenir de la part des banques un emprunt sur une longue durée, même si depuis décembre 2023, il devenait moins difficile d’obtenir des crédits immobiliers.

Mais en ce début d’année 2024, les établissements bancaires consentent à élargir leurs critères pour accorder des prêts sur trente ans. Les courtiers ont été informés de ce barème qui leur donne une occasion de se réjouir.

À lire Conséquences des modalités de restitution du dépôt de garantie pour le locataire

Les personnes qui désirent investir dans l’immobilier peuvent désormais demander un prêt de trente ans, ce qui est susceptible de relancer un marché un peu frileux. En outre, ces emprunts pourront être souscrits à des taux intéressants.

Une durée d’emprunt exceptionnelle

Si les emprunts immobiliers s’étalent sur dix ou vingt ans, il est beaucoup plus rare d’obtenir un prêt sur une durée plus longue. Depuis 2022, le HCSF, haut conseil de stabilité financière, limitait à 25 ans la durée maximale d’un prêt immobilier.

Deux ans de plus pouvaient être accordés pour l’achat d’un logement neuf sur plan, où d’un investissement dans un bien ancien qui nécessite des travaux dont le montant représente le quart du prix d’achat. Les banques qui outrepassaient ces préconisations s’exposaient à des sanctions financières.

L’objectif de ces limitations est d’éviter l’endettement des ménages. Il est difficile de savoir de quoi l’avenir sera fait, et de nombreux changements peuvent s’opérer dans la vie, sur le plan financier mais également sur celui de la santé. Le HCSF estime donc que le risque reste mesuré jusqu’à 25 ans et qu’il devient plus élevé au-delà.

À lire Changements dans les critères de charges récupérables pour le locataire

De nouvelles perspectives pour les primo-accédants

L’augmentation de la durée de l’emprunt cible particulièrement les jeunes investisseurs et les primo-accédants. Cette mesure leur donne en effet la possibilité de rembourser des mensualités plus légères. La Caisse d’Epargne a fait savoir qu’elle propose un crédit trentenaire aux moins de trente-cinq ans et aux primo-accédants sur la base de 4,15% d’intérêts.

Les mêmes investisseurs devront toutefois éviter les banques dont le prêt de trente ans dépasse les 5% d’intérêts. Un tel taux rend les mensualités onéreuses et ne vont pas dans le sens d’un renouveau du marché. Pour les jeunes désireux d’acquérir de l’immobilier, il est peut-être plus urgent d’attendre et de surveiller la baisse des taux.

Crédit immobilier sur trente ans : avantages et inconvénients

Un emprunt souscrit sur trente ans présente autant d’avantages que de risques. L’investisseur doit bien mesurer les conséquences éventuelles de son engagement, qui est de longue durée.

Plus la durée du prêt immobilier est longue, plus elle permet d’alléger le montant de la mensualité. C’est un avantage important car c’est principalement sur la mensualité que la banque accorde le prêt ou non, en fonction du taux d’endettement. Si celui-ci ne dépasse pas le tiers des revenus, l’emprunt pourra être accordé.

À lire Nouveaux dispositifs de réduction d’impôt pour les travaux de rénovation

Il s’agit donc d’une durée d’emprunt idéale pour les jeunes investisseurs, dont les ressources sont limitées, mais qui souhaitent investir dans leur propre logement.

Toutefois, même si la banque accorde le prêt de trente ans, l’investisseur se doit de réfléchir encore. Il s’engage à supporter des mensualités pendant un tiers de sa vie et à s’assurer qu’il recevra des revenus tous les mois. Il doit aussi estimer les charges futures, notamment celles qui surviennent quand la famille s’agrandit.

En outre, il ne doit accepter le prêt que si le taux d’intérêt est réellement intéressant. La durée de trente ans étant exceptionnelle, les banques pratiquent un taux d’intérêt supérieur à la moyenne, ce qui atténue le véritable gain de l’opération.

Un emprunt de longue durée, ce sont des intérêts, mais également des frais d’assurance qui se prolongent dans le temps. En additionnant le tout, l’opération peut représenter une dépense importante. Il est donc important de l’appréhender dans sa globalité et de la mettre en rapport avec le bien acheté.

Partagez
Tweetez
Partagez