Les taux pour emprunter commencent doucement à baisser

Le retour des taux d’intérêts inférieurs à 4%, au début de l’année 2024, semble redonner le sourire à un marché de l’immobilier qui semblait jusqu’à présent touché par la morosité.

L’année 2024 commence par une bonne nouvelle pour les banques et les investisseurs : les taux d’intérêts du crédit immobilier passent de nouveau sous la barre des 4%. Après deux longues années où ces taux ne cessaient d’augmenter, les emprunteurs peuvent enfin se frotter les mains, du moins voir l’avenir avec optimisme.

Une augmentation des taux enfin enrayée

Un certain frémissement avait été ressenti quand s’est terminée l’année 2023. La conjoncture monétaire amorçait une légère amélioration et celle-ci s’est confirmée au début de l’année suivante. Les taux se sont stabilisés, puis ont entamé une baisse significative.

À lire Gestion des risques liés aux locations de vacances

Les banques ont profité de l’aubaine pour appliquer une correction qui permet de proposer un prêt de vingt ans avec des intérêts en dessous du seuil de 4% (hors assurance du prêt et sûretés).

Traditionnellement, les passages d’une année à l’autre ne sont pas les périodes où le marché immobilier est le plus actif. Les gens ont d’autres préoccupations et d’autres dépenses à gérer. En outre, les courtes durées d’ensoleillement ne sont pas propice aux visites de logements.

Toutefois, en attendant le printemps 2024, les banques se positionnent déjà pour proposer les taux les plus attractifs. Un an plus tôt, on s’en souvient, les crédits immobiliers pratiquaient des taux plutôt dissuasifs.

Les crédits immobiliers plus avantageux en 2024

C’est écrit dans tous les articles économiques : L’OAT, obligation de l’État Français sur dix ans, est passée sous la barre des 3%. L’inflation du mois de novembre 2023 est largement inférieure à celle de novembre 2022 (de 11,1% à 3,1%). La BCE, Banque centrale européenne, maintient ses taux directeurs à leur niveau du mois d’octobre. Selon les spécialistes du monde de la finance, ces informations sont assurément de bonnes nouvelles pour les investisseurs.

À lire Paris 2024 : le point sur le logement en Ile-de-France

Les mêmes spécialistes font également preuve d’optimisme pour les mois à venir. Ils envisagent très sérieusement une nouvelle baisse des taux d’intérêts pour le printemps. On évoque le retour des taux printaniers à 3,50% et 3,80%. La conjoncture est donc plutôt positive.

Les banques ont de nouveau les coudées franches pour attirer les clients vers le crédit immobilier, qui reste leur produit d’appel numéro un. D’ailleurs, ce regain d’optimisme se traduit déjà par une plus forte sollicitation des agences immobilières et des banques. C’est du moins ce qu’affirment les médias.

Les difficultés d’accès au crédit immobilier avaient quelque peu mis le marché en berne, même si en fin d’année, les crédits sont devenus moins difficiles à obtenir. Le HCSF, Haut conseil de la stabilité financière, se montrait rigide avec un taux d’endettement plafonné à 35% des revenus et une durée de crédit qui ne devait pas dépasser 25 ans.

En outre, le taux d’usure calculé chaque trimestre était dépassé par la montée des taux d’intérêts, ce qui pouvait mettre les investisseurs dans l’embarras. A partir de février 2023, le taux d’usure a été révisé chaque mois pendant un semestre. Revenue à un calcul trimestriel, la révision du taux d’usure est de nouveau mensuelle depuis janvier 2024.

À lire Optimisation fiscale pour les propriétaires de biens locatifs en 2024

Peu à peu, la crise du marché de l’immobilier s’était transformée en crise du logement. Heureusement, le marché semble repartir sur de bonnes bases. Il est notamment possible désormais de prendre un crédit sur trente ans. Le marché de l’immobilier tend à la baisse, ce qui favorise l’investissement.

Partagez
Tweetez
Partagez