Utilisation de l’intelligence artificielle dans la gestion locative

L’intelligence artificielle est un atout dans la gestion de nombreux domaines. La gestion locative n’y échappe pas. L’IA donne de nombreux outils qui permettent de faciliter la location immobilière.

L’arrivée de l’intelligence artificielle (IA) dans les applications du quotidien interroge autant qu’elle donne des idées. Au-delà de la stricte programmation d’un logiciel pour des tâches récurrentes, l’IA permet à l’outil de s’améliorer au fur et à mesure de son utilisation. L’application réalise des tâches de plus en plus complexes en tenant compte de son historique et du contexte d’utilisation.

En outre, à force de comprendre les besoins de ses utilisateurs, l’IA est capable de leur fournir des réponses spécifiques et ciblées et de s’adapter à leurs méthodes de travail. Pour un humain, on appelle ça l’expérience. Pour une machine, il s’agit d’intelligence artificielle.

À lire Conséquences des modalités de restitution du dépôt de garantie pour le locataire

Quel est l’apport de l’IA dans la gestion locative ?

On peut légitimement craindre que l’IA prenne la place de l’humain dans le monde du travail. Une crainte que les plus anciens ont connu avec l’automation puis avec l’arrivée de l’informatique. Ces évolutions représentent pourtant des progrès considérables et doivent apporter un bénéfice à l’être humain. Par exemple une réduction de tâches répétitives et ennuyeuses, ou une rapidité d’exécution qui permet d’accélérer la production.

Comme pour de nombreuses activités, la gestion locative a tout à gagner à intégrer l’intelligence artificielle dans ses outils. Celle-ci permettra de libérer les gestionnaires de biens de nombreuses tâches chronophages et redondantes. La rentabilité du bien immobilier s’en trouvera décuplée. Encore faut-il intégrer cette intelligence… intelligemment.

Quelques exemples de bénéfices apportés par l’intelligence artificielle

Les logiciels de gestion locative n’ont cessé de progresser au fil des années grâce aux découvertes technologiques de plus en plus pointues. L’intelligence artificielle a décuplé les possibilités de ces applications.

La gestion du paiement des loyers est déjà très performante sur les logiciels. La somme due est versée par par un virement automatisé du locataire vers le compte du bailleur. Une fois la transaction validée, le logiciel envoie une quittance au locataire. Si le paiement n’a pas été réalisé, le logiciel enverra un courrier de relance au bout d’un nombre de jours paramétrés en amont.

À lire Changements dans les critères de charges récupérables pour le locataire

La révision des loyers peut être calculée par les logiciels de gestion locative à partir de l’IRL fourni par l’INSEE. L’intelligence artificielle est en mesure de procéder directement à ce calcul en allant chercher elle-même le fameux IRL. Le montant du loyer peut être automatiquement augmenté le jour de la révision. La machine peut par ailleurs envoyer, un mois plus tôt, un courrier au locataire le prévenant de cette révision. En outre, si l’outil a obtenu un mandat de la banque pour effectuer l’opération, la somme du virement envoyé par le locataire peut être automatiquement ajustée au montant convenu. Une hypothèse sous réserve des évolutions de la législation.

La régularisation des charges est aussi un domaine où l’intelligence artificielle peut apporter sa puissance. Elle intègre et analyse le récapitulatif des charges fourni par le syndic, procède aux calculs et aux éventuels ajustements en demandant à l’une ou l’autre partie de reverser selon les cas le trop-perçu ou le moins-perçu. L’IA peut procéder en toute transparence en adressant les courriers aux deux parties et en conservant à disposition de tous les documents et le mode de calcul.

Les services apportés au locataire peuvent être renforcés par l’intelligence artificielle. Si le locataire a besoin d’un document ou d’une information, il lui suffit de se connecter à son espace personnel. L’IA peut renforcer le service avec la mise à disposition d’un chatbot intelligent, qui apprendra à lui donner des réponses de plus en plus personnalisées, adaptées à sa situation et donc de plus en plus précises. Le locataire et le propriétaire pourront également aborder les questions de droit.

L’IA au service des propriétaires immobiliers

Pour le propriétaire, l’intelligence artificielle sera un outil d’aide à la décision. L’outil sera en mesure d’analyser les dossiers de candidature, de détecter les faux et de conseiller le locataire qui semble le plus fiable en termes de solvabilité.

À lire Nouveaux dispositifs de réduction d’impôt pour les travaux de rénovation

L’intelligence artificielle est en mesure de fournir en temps réel toutes les données concernant les tendances du marché, la législation en cours, le montant moyen des loyers pour des charges… Le propriétaire pourra donc décider de vendre ou d’acheter en fonction des données, d’autant plus précises qu’elles seront affinées selon les caractéristiques du propriétaire et le type de logement qu’il loue.

L’aide à la fiscalité présente dans les logiciels de gestion de bien pourra être renforcée par l’intelligence artificielle, capable de sortir les éléments clés nécessaires à la déclaration fiscale, voire à l’optimisation.

La gestion locative a tout à gagner à adopter l’intelligence artificielle. Outre les éléments cités, l’IA sera également en mesure de gérer les impayés, de détecter les défauts qui impactent la rentabilité du logement, de prévenir l’augmentation des charges ou l’arrivée d’une charge exceptionnelle (en fonction de l’historique et des tendances).

L’intelligence artificielle sera un formidable atout sur les plans administratif, juridique et fiscal. Elle sera en mesure de rédiger les contrats de location et autres documents d’entrée et sortie du logement. Elle pourra en outre concevoir une annonce immobilière ad-hoc, conforme à la législation et aux aspirations des candidats locataires.

Partagez
Tweetez
Partagez