Immobilier locatif : la colocation s’installe

Immobilier locatif : la colocation s’installe

Trouver un locataire aux ressources suffisantes pour garantir sa capacité à régler son loyer n’est pas forcément évident. Etre certain qu’à terme, les paiements seront effectués, l’est encore moins. Alors autant minimiser les risques, en multipliant les locataires. C’est en suivant ce raisonnement que de plus en plus de bailleurs s’orientent vers la colocation. En effet, signer un bail avec plusieurs personnes les engage chacune sur l’ensemble du loyer. En cas d’impayés, le bailleur peut ainsi demander des comptes à tous les locataires, ce qui limite les risques par rapport à un payeur unique. Et ce d’autant que cette pratique ne se réserve plus seulement aux étudiants qui représentent aujourd’hui moins de 50 % des recherches d’appartements proposés à la colocation.

De fait, la demande est en forte augmentation car elle attire désormais une nouvelle catégorie d’individus, urbaine et plus aisée. Pour ces derniers, la colocation est un moyen de contourner la contrainte des prix élevés des loyers tout en s’offrant la possibilité de louer plus grand et mieux situé. Quant aux bailleurs, ils peuvent profiter du fait que la somme soit répartie pour majorer le montant du loyer. Ainsi, selon le site Appartager.com, la rentabilité locative d’une colocation est supérieure de 7 % à celle d’une location classique.

Des contrats qui profitent aux bailleurs

Cerise sur le gâteau, la législation en matière de colocation est particulièrement favorable aux propriétaires. Notamment pour ce qui concerne la responsabilité collective en cas d’impayés ou de litiges. Cette spécificité doit être mentionnée dans le contrat sous la forme d’une clause dite de solidarité. Si aucune autre précision n’est indiquée dans le contrat, en cas de défaut de paiement, chaque membre d’une colocation reste redevable de la somme due jusqu’au terme du bail.

Cependant, pour donner une limite à la clause, la plupart du temps, le contrat stipule qu’elle ne s’appliquera plus dès lors qu’un colocataire quitte les lieux, même si le départ intervient avant la fin du bail. Cette disposition permet de libérer ce dernier de l’engagement et facilite les remplacements, qui seront, par ailleurs, actés par des avenants. Autre intérêt pour le bailleur, lorsqu’un membre de la location quitte l’appartement, ce sont généralement les colocataires qui se chargent de sélectionner les potentiels candidats de remplacement.

Les propriétaires qui l’ont essayé l’ont adopté ! Et pour cause, la colocation est très avantageuse pour eux : non seulement elle permet de louer plus cher, mais elle facilite aussi la gestion locative et écarte les risques d’impayés.

Patrick Chappey – © 2012 Gererseul.com

Crédit photo : © kotoyamagami – Fotolia.com