La construction de logements en pleine déprime

La construction de logements en pleine déprime

Pour régler son sort à la crise du logement en France, il faut construire plus. Certes, sauf que le nombre de mises en chantier enregistré sur le premier trimestre 2012 est en chute libre : -12,9 % par rapport au premier trimestre 2011, de même que l’octroi de permis de construire a lui aussi baissé de 0,6 % sur la même période. Ce chiffre est cependant à relativiser car il ne réussit pas encore à enrayer une hausse totale sur 12 mois de 9,4 % (de mars 2011 à mars 2012, comparé à l’année précédente) de constructions neuves. Toutefois, il est de très mauvais augure dans la mesure où il vient étayer les chiffres de vente constatés sur les logements neufs, en pleine déconfiture. En effet, la Fédération des Promoteurs Immobilier (FPI) constate toujours sur le même premier trimestre 2012 une dégringolade de 25 % par rapport à la même période en 2011.

Même le marché des constructions individuelles, très révélateur des tendances sur le long terme, est en berne avec -17 % constaté par l’UMF (Union des maçons de France). Cette dépression du nombre de transactions touche d’ailleurs uniformément toutes les régions, y compris l’Ile-de-France (-21 %). Pire, selon les anticipations de la FPI, ces -25 % de vente devraient s’étendre à l’ensemble de l’année 2012 et confirmer la baisse de 10,5 % déjà enregistrée en 2011. Du coup, la tendance devrait grandement affecter les mises en chantier : le pronostic de moins de 350 000 est avancé par la Fédération pour 2012 contre 370 000 l’année précédente.


Les responsables : Scellier, PTZ et frilosité des banques

Plusieurs causes viennent expliquer cette dépression du marché de la construction neuve. A commencer par la mort annoncée du dispositif Scellier en 2012. Les investisseurs qui achetaient du neuf à vocation locative se sont déjà vu raboter la déduction fiscale obtenue de 22 à 13 % (et même 6 % si le logement n’a pas de label BBC –Bâtiment Basse Consommation-), et ce dispositif sera définitivement abandonné cette année. Autre coup de frein, le durcissement des conditions d’obtention du PTZ+ (Prêt à taux zéro). Non, seulement il est réservé à l’achat d’une résidence principale dans le neuf, au rachat d’un logement social ou à la transformation d’un local en habitation, mais en plus il dépend de la composition familiale de l’acquéreur, de la zone géographique et il est plafonné.

Si on conjugue ces conditions drastiques au fait que les banques sont toujours aussi frileuses quant à l’octroi de prêts immobiliers, on obtient un savant cocktail de morosité qui handicape fortement les velléités d’acquisition de logement et a fortiori quand il s’agit de neuf. Ceci d’autant que la difficulté d’obtention de crédit touche aussi les promoteurs immobiliers. Ajoutons au tableau des prix du neuf qui continuent lentement leur progression (+5 % prévus encore en 2012 à cause, selon les promoteurs, de la construction BBC obligatoire au 1er janvier 2013).

Peu de mesures nouvelles annoncées pour l’heure

Pour l’heure, tous les acteurs du marché du neuf tirent la sonnette d’alarme et attendent très vite des mesures gouvernementales pour soutenir le secteur. Car en l’état actuel, les seules décisions annoncées concernent le doublement du plafond du livret A pour financer des constructions sociales et la cession par l’Etat de certains de ses terrains. La première est jugée par François Pérol, président du directoire de BPCE (interrogé par BFM Business) de la manière suivante : « cela va simplement faire que les Français vont transférer de l’épargne fiscalisée sur un produit qui ne l’est pas ». Quant à la seconde, elle a déjà été appliquée par l’ancien gouvernement. C’est un mieux, mais elle est conditionnée au prix de vente décidé par l’Etat aux promoteurs. Reste à savoir quelles seront les modalités proposées par François Hollande, qui n’est pas encore entré dans les détails sur la question.

Même s’il semble urgent d’agir, il faudra quoi qu’il en soit patienter avant que l’Etat n’intervienne, d’autant que la nouvelle ministre du logement, Cécile Duflot, vient d’annoncer que la priorité va à l’encadrement des loyers qui devrait être mis en place d’ici quelques semaines.

Patrick Chappey – © 2012 Gererseul.com

 

 

 


Crédit photo : © Maurice Metzger – Fotolia.com