Comment faire baisser ses charges de copropriété ?

La copropriété concerne aujourd’hui des millions de logements en France. Néanmoins, les dépenses répétitives et liées aux immeubles collectifs pèsent de plus en plus lourd dans le budget des propriétaires-bailleurs. Mais des solutions existent afin de faire baisser les charges de sa copropriété. Nous les détaillons dans notre dossier.

Charges de copropriété : la situation actuelle

Tout bailleur a l’ambition d’optimiser son investissement immobilier en bénéficiant du meilleur rendement possible. Cela passe par une gestion efficace en termes de rentrées d’argent, mais aussi par une gestion efficace en termes de réduction des dépenses.

Réduire les charges de copropriété est ainsi possible dans quasiment 100 % des copropriétés. Le hic, c’est que les investisseurs ne s’investissent pas toujours dans les Assemblées générales de copropriété. C’est un tort ! Cela demande du temps et de l’énergie, mais la bataille en vaut la peine. Le rendement de ses logements locatifs peut en être grandement augmenté.

Ces dernières années ont été éprouvantes pour les copropriétaires. Aux charges courantes en augmentation permanente, se sont ajoutées des charges exceptionnelles liées à une réglementation exponentielle, notamment pour lutter contre le réchauffement climatique.

Inventaire des solutions à mettre en place pour faire baisser les charges de sa copropriété.

Solution n°1 : optimiser le chauffage collectif

Le chauffage constitue la première dépense en copropriété. En effet, le chauffage représente près d’un tiers de la totalité des charges annuelles.

Pour réduire cette dépense, les professionnels préconisent de mettre en place plusieurs actions :

Action n°1 : effectuer le désembouage de son réseau de chauffage

Le désembouage est une technique servant à nettoyer les boues qui se sont formées et accumulées dans votre circuit de chauffage au fil des ans. Cela permet notamment de :

  • diminuer sa consommation d’énergie car le réseau est ainsi plus efficace,
  • d’optimiser le rendement de son chauffage,
  • ou encore d’augmenter la longévité de son appareil de chauffage.

Action n°2 : améliorer la répartition du fluide qui circule dans l’installation

Cela peut notamment se faire en installant des robinets qui permettent de réguler soi-même son chauffage, la température. On obtient ainsi une température homogène dans tout l’immeuble.

Action n°3 : respecter à la lettre la réglementation en vigueur

La réglementation (code de la construction, art R131-20) indique que la température doit être de 19 degrés en moyenne dans l’appartement.

Mais si un copropriétaire veut bénéficier d’une température plus élevée que celle définie par la réglementation en vigueur, il devra alors prendre à sa charge, les frais d’installation de radiateurs individuels. Cela évitera que dans certaines copropriétés, certains ouvrent leurs fenêtres en permanence pour faire baisser la température.

Action n°4 : baisser le chauffage la nuit

En baissant la température du chauffage pendant la nuit vous pourrez faire des économies d’énergie, sans inconfort pour les résidents.

Solution n°2 : faire le tri dans les contrats

Les copropriétés ont chacune leurs propres besoins. Il faut donc adapter les contrats pris à ses besoins. Certains contrats peuvent s’avérer inutiles et/ou être facilement remplaçables par des interventions ponctuelles.

Exemple : le fait d’avoir un contrat annuel de dératisation alors qu’aucun rongeur n’a été identifié au cours de ces dernières années ne sert pas. Vous pourrez si ces animaux apparaissent faire appel à une société spécialisée que vous payerez à la prestation. En identifiant puis supprimant les contrats jugés inutiles vous ferez des économies.

N’hésitez donc pas à regarder précisément la date à laquelle se termine le contrat car les délais de résiliation varient souvent. Vous pourrez alors faire de nombreuses économies en n’oubliant pas de résilier les contrats concernés au moment opportun.

D’autre part, certains contrats contiennent des clauses non adaptées à vos besoins. Il vous faut donc repérer les clauses inutiles afin de les faire annuler. Néanmoins, dans certains cas la révision de ces contrats peut nécessiter de s’adresser à des professionnels lorsque notamment on se retrouve confronté à des mentions techniques que l’on ne comprend pas forcément.

Solution n°3 : remettre tous les contrats en concurrence

Les rentes de situation ne sont pas bonnes pour les copropriétés. Certaines n’ont pas changé de prestataires depuis 20 ans et n’ont jamais renégocié les contrats, alors que de nombreux concurrents sont nés entre temps.

La mise en concurrence de vos prestataires peut être l’occasion d’obtenir une réduction. Que ce soit pour vos contrats de nettoyage, d’entretien des ascenseurs ou encore de fourniture d’électricité et de gaz : faire jouer la concurrence ne peut être qu’une bonne idée.

Aujourd’hui, après recherche, des copropriétés arrivent à trouver des prestataires de qualité équivalente pour un tarif jusqu’à 3 fois inférieur.

Le coût lourd du poste « Assurance », peut souvent être abaissé en adaptant le contrat, mais aussi en privilégiant les compagnies qui n’ont pas signé les accords « Cidre ». Dans ces accords, l’assurance de l’immeuble couvre les dégâts occasionnés par un copropriétaire mais cela est inutile puisque ce dernier est déjà assuré.

Bien sûr, il ne s’agit pas de céder sur la qualité, mais de comparer à prestations égales.

Si vous avez des questions d’ordre juridique ou fiscal sur ce sujet, connectez-vous ou créez votre espace adhérent Gererseul et posez vos questions directement à nos partenaires dans l’onglet « Mes services exclusifs » puis « Assistance fiscale/juridique »(service réservé à nos abonnés payants).

Pages similaires

Pages populaires

Laissez un commentaire

Laissez un commentaire

Partagez15
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez
15 Partages