Sachez profiter du coup de pouce fiscal sur les plus-values

Comme en Bourse, les investisseurs immobiliers doivent savoir prendre leur plus-value lorsque les conditions sont favorables… Parmi ces dernières, la conjoncture bien sûr : le niveau des prix est-il assez intéressant pour pouvoir dégager une plus-value attractive ? La fiscalité, ensuite : son niveau n’est-il pas dissuasif ? Et, par opposition, ne faut-il pas profiter de conditions temporaires particulièrement intéressantes ? C’est le cas, actuellement, avec le coup de pouce fiscal représenté par un abattement de 25 % sur la plus-value imposable (l’exonération totale intervient au bout de 22 ans de détention, et celle sur les prélèvements sociaux au bout de 30 ans).

Si les conditions de prix sont réunies, cela peut donc valoir le coup de vendre un bien pour profiter de la fiscalité avantageuse.

Attention toutefois : les propriétaires de logements locatifs qui souhaitent profiter de cette fenêtre fiscale n’ont plus que quelques jours pour signer un compromis de vente car l’avantage ne sera accordé qu’aux vendeurs ayant signé l’acte authentique avant le 31 août prochain. A partir du 1er septembre, l’impôt devrait être plus lourd ; rien ne garantissant, en effet, que cette mesure transitoire sera reconduite. Compte-tenu des délais de constitution des dossiers de vente (2 mois au moins), les compromis doivent donc se signer avant la première semaine de juillet, dernier délai…


Baisser le prix pour être certain de faire la vente dans les délais peut être judicieux !

Si vous êtes actuellement en train de vendre un logement, mettez tout en œuvre pour accélérer les choses, quitte à accorder un rabais sur le prix à un potentiel acquéreur, car l’avantage fiscal pourrait largement couvrir ce cadeau… Plusieurs milliers d’euros peuvent, en effet, rester dans votre poche, grâce à cet abattement !

Par exemple, un vendeur cédant un bien dégageant une plus-value de 300.000 € doit normalement régler un impôt de près de 42.500 €. Avec l’abattement de 25 %, cet impôt est réduit à près de 31.000 € (soit 11.500 € de moins). Si baisser le prix de 5.000 € permet la concrétisation de la vente, cela reste intéressant puisque l’économie d’impôt représente toujours 6.500 €…

A noter : cet abattement de 25 % ne concerne pas les ventes réalisées entre conjoints (mariés ou pacsés), ni entre parents et enfants.

Patrick Chappey – © 2014 Gererseul.com


Crédit photo : © steigele – Fotolia.com

cathy

This entry has 0 replies

Comments are closed.