GUL OU CAUTION ?

Alors que la Garantie universelle des loyers devrait être gratuite (pendant 18 mois maximum et pour un montant déterminé en fonction au loyer de référence du quartier), et mise en place par défaut (sauf renonciation claire du propriétaire dans le contrat de bail), cette nouvelle assurance ne séduit toujours pas la majorité des bailleurs… En témoigne notre dernier sondage, montrant que près de 61 % d’entre eux souhaitent continuer à plébisciter la caution.

Rappelons que la GUL devrait couvrir les impayés de loyers pendant un an et demi, à hauteur du loyer médian de référence. En revanche – et c’est ce qui fait la différence avec les assurances classiques – elle ne remboursera pas les périodes de vacance locative, ni les dégradations et travaux de remise en état du logement, le cas échéant.

La GUL part avec un handicap : celui de manquer de clarté ! Et ce dans la mesure où les propositions se sont multipliées, et que les propriétaires ne savent plus aujourd’hui à quoi s’en tenir. La GUL n’apporte par ailleurs pas la certitude d’être assuré contre tous les risques et sa gratuité ne suffit donc pas à renverser la tendance en sa faveur…

La caution est, a contrario, perçue comme plus sécurisante car l’expérience montre que, souvent, les personnes qui se sont portées caution prennent le relais relativement rapidement. C’est particulièrement vrai dans le cas où ce sont les parents qui se portent caution pour un enfant. A la première lettre, ils règlent la dette… Et, en tout état de cause, ne laissent pas traîner le conflit jusqu’à l’expulsion éventuelle… Une assurance

, aussi fiable soit-elle, offrira rarement les mêmes délais pour tout régler. »

Patrick Chappey – © 2014 Gererseul.com

 

 

 

Crédit photo : © beermedia – Fotolia.com

 

 

 

 

cathy

This entry has 0 replies

Comments are closed.