Contrats domestiques : les assistances sont-elles vraiment nécessaires ?

Les assistances nous sont régulièrement proposées lorsque nous effectuons un achat. Mais sont-elles vraiment nécessaires ou s’agit-il pour les entreprises d’un moyen d’augmenter leurs recettes ? Pour le savoir, il est essentiel de faire le point sur sa situation et ses besoins.

Assurance ou assistance : que choisir ?

Il est important de rappeler que les contrats d’assurance ou d’assistance présentent des différences et qu’ils ont des fonctions bien distinctes.

  • Le contrat d’assurance a pour but de prendre en charge les frais engendrés par un dommage après avoir réalisé une déclaration de sinistre : mobilier abîmé lors d’une inondation, les réparations de sa voiture suite à un accident, etc.
  • Le contrat d’assistance a lui pour objectif d’apporter une aide quasi immédiate à un problème, après identification de ce dernier et gestion de la logistique nécessaire à sa résolution : assistance en cas de panne électrique, assistance en cas de voyage (rapatriement par exemple), etc.

Les assistances ont la particularité de pouvoir être joignables 24h/24 et 7j/7, ce qui n’est pas forcément le cas de votre assureur.

D’autre part, contracter une assurance peut dans certains cas être une obligation légale, comme ça l’est pour les assurances auto ou l’assurance maladie. Pour les locataires, il est également imposé d’avoir souscrit à une assurance habitation avant signature du bail (le propriétaire peut refuser le candidat s’il n’est pas couvert), couvrant les risques minimums comment une assurance Multirisques habitation (MRH). Il leur est conseillé de réaliser un comparatif assurance habitation pour choisir la formule en adéquation avec leur situation. Pour les propriétaires elle n’est pas obligatoire, mais sérieusement recommandée.

Dans quel cas est-il judicieux de souscrire une assistance ?

Tout dépend en réalité de son profil et de ses besoins. Premièrement, il faut savoir que certains contrats d’assurance proposent un service d’assistance 24/7. Si c’est le cas, il est parfaitement inutile de souscrire un contrat d’assistance supplémentaire. Il est question de bien lire les conditions générales et les garanties de prise en charge de son contrat.

Ensuite, les assistances peuvent être souscrites ponctuellement en fonction de ses besoins. Voici différents exemples :

  • Une assistance voyage comprenant une prise en charge sur place et rapatriement n’est pas forcément nécessaire pour un weekend dans une capitale européenne mais pourra s’avérer utile pour un départ de plusieurs semaines dans une zone à risques du globe.
  • Une assistance en cas de panne, casse ou vol d’un smartphone onéreux neuf a plus de chance d’être contracté que pour un autre type de mobile.
  • A l’entrée dans un nouveau logement que l’on ne connaît pas encore très bien, il peut parfois s’avérer judicieux de choisir une assistance pour les installations de gaz, d’électricité, de plomberie et parfois même pour la serrurerie. Ces assistances peuvent être très rentables et sont généralement proposées par les fournisseurs d’énergie le jour du changement de nom sur le contrat du compteur. Pour rappel, le choix du fournisseur d’énergie est 100% libre, que ce soit pour un propriétaire ou un locataire. En passant par un comparateur énergie, on a la possibilité de connaître les différentes formules et trouver la plus intéressante.

Location : le propriétaire doit-il assister en cas de problème ?

Le propriétaire a des obligations légales vis-à-vis de son locataire. La première est de lui fournir un logement décent et en bon état.

Pour réaliser des aménagements ou certains travaux, le locataire est libre de les réaliser sous condition d’acceptation de la part du propriétaire. C’est le cas par exemple pour l’installation de la fibre si le logement y est éligible (voici une fiche technique offrant des explications sur la fibre et les démarches pour l’obtenir).

Au niveau des réparations, le bailleur, s’il a souscrit à une assurance pour le logement (ce qui est conseillé), peut les prendre en charge. Les petites réparations et l’entretien courant sont cependant à la charge du locataire.

Le bailleur se doit également d’intervenir si une panne intervient dans le logement et qu’elle nécessite une résolution urgente : panne de chauffage en hiver par exemple. Il se peut que pour certaines autres interventions, le propriétaire ne puisse pas intervenir. Dans ce cas là, le locataire peut contacter son assistance ou assurance (si une assistance dépannage est comprise dans son contrat d’assurance) puis s’arranger avec son propriétaire pour demander un dédommagement.

Laissez un commentaire

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez