Nouveau : Gererseul réalise votre déclaration de revenus locatifs LMNP, LMP, SCI… Je m'inscris

Gestion des risques liés aux locations de vacances

La location de vacances et les logements de tourisme sont exposés à de nombreux risques. Quels sont-ils et comment y parer ?

Les logements destinés aux locations de vacances présentent plusieurs défauts : un turn-over important de locataires, qui génère des dégradations plus nombreuses que dans un logement ordinaire, et des périodes de vacances locatives où le logement se retrouve exposé à des convoitises malveillantes (cambriolages, squat, etc.).

A quels risques sont exposées les locations de vacances ?

Les risques les plus courants de la location de vacances sont la dégradation du bien, le cambriolage et le squat.

À lire Réforme des modalités de révision du loyer en cours de bail

La dégradation

C’est un constat : plus le turn-over des locataires est important, plus le logement s’abîme. Et plus la maison ou l’appartement est vacant, plus les dégradations peuvent naître par manque d’entretien. Il est donc important d’entretenir régulièrement le logement, et d’effectuer sans attendre les réparations nécessaires.

Le propriétaire doit également porter sa vigilance sur le bon fonctionnement des équipements et des installations de gaz et d’électricité, dont l’usure et les défauts peuvent impacter la sécurité des occupants.

Le cambriolage

Lorsqu’un logement se retrouve en vacance locative, il s’expose au risque de visites imprévues. Avec plus de 200.000 cas recensés chaque année (selon l’INSEE et le Ministère de l’intérieur), le cambriolage est de nouveau en forte progression sur le territoire français. Les logements inoccupés sont les plus exposés, à plus forte raison lorsqu’ils font l’objet d’une annonce sur un site de location de vacances.

Si le logement à louer est proche de son domicile, le propriétaire peut s’y rendre régulièrement et donner l’illusion d’un logement occupé. Ce n’est toutefois pas possible dans la majorité des cas.

À lire Révision des droits des locataires en cas de congé donné par le propriétaire

Le squat

Le squat désigne l’installation illégale de personnes dans un logement. Celles-ci ne paient pas de loyer et peuvent demeurer durant de longues périodes sans que le propriétaire ne puisse les expulser. La législation est en effet très complexe sur ce sujet, puisque le droit au logement pour les personnes les plus démunies entre en jeu.

Quelles solutions pour limiter les risques en location de vacances ?

Pour parer aux risques de dégradation diverses des locations de vacances, il existe une multitude de solutions préventives.

L’entretien du logement

L’entretien régulier du logement reste la meilleure solution pour que celui-ci ne se dégrade pas. Le propriétaire se doit donc de procéder aux diverses réparations et améliorations durant les périodes de vacance. Il doit en profiter pour contrôler les installations de gaz et d’électricité, la plomberie et la tuyauterie, le chauffage, la chaudière, l’alarme incendie, etc.

La vacance sobre

Pour qu’un logement ne suscite pas de convoitises, il est nécessaire que celui-ci n’attire pas les mauvaises intentions. Ainsi le logement meublé, lorsqu’il est vacant, doit s’en tenir au minimum et ne pas contenir d’objets de valeur.

À lire Impact des nouvelles lois sur la location saisonnière

La télésurveillance

La télésurveillance est une pratique qui se généralise. Elle présente une solution pour la sécurité des logements vacants. Il existe désormais de nombreux systèmes d’alarme résidentiels dont le prix est abordable. Les capteurs installés au sein du logement permettent la détection des mouvements dans la pièce, la détection du bruit, de la température, de la fumée, de l’humidité, d’un bris de vitre, etc.

Le moindre événement suspect fait l’objet d’un signalement qui peut parvenir par notification sms et permettre au propriétaire d’agir au plus vite, quelle que soit la distance qui le sépare de son bien. une sirène d’alarme peut également être déclenchée.

Le capteur peut également fonctionner en période de location, pour signaler un niveau de bruit excessif ou une vitre brisée. Il est toutefois important de bien paramétrer l’objet dans le cadre législatif de la vie privée. Le capteur ne doit en aucun cas devenir un outil de surveillance des locataires.

Les serrures intelligentes

Rien n’empêche le locataire d’un logement de réaliser un double des clés et de s’en servir plus tard pour de mauvaises raisons. S’il commet un méfait, le problème de ce type de vol s’amplifie par le fait qu’il ait été commis sans effraction.

Il faut ainsi réfléchir aux problèmes de sécurité des points d’accès et la technologie peut venir au secours du propriétaire. Les serrures à clé doivent être remplacées par des serrures dites intelligentes ou connectées. La porte d’entrée est ainsi contrôlée par une application sur un smartphone. Le code confié au locataire sera provisoire et pourra être modifié pour chaque nouveau résident. Le propriétaire en outre conservera le contrôle du verrouillage et du déverrouillage.

La protection des fenêtres et des ouvertures

Pour limiter les possibilités d’accès malveillantes dans le logement, il est important de sécuriser toutes les ouvertures. Outre les portes, les fenêtres sont souvent des solutions d’entrées privilégiées par les cambrioleurs.

Le propriétaire doit régulièrement inspecter, ou faire inspecter, l’ouverture et la fermeture des fenêtres. Il est également important de contrôler l’état des cadres, notamment dans les bâtiments anciens. Il va sans dire que les fenêtres au rez-de-chaussée et en sous-sol sont les plus exposées.

Il existe aussi la possibilité d’appliquer des films de sécurité sur les fenêtres, voire des écrans de sécurité en polycarbonate, facile à fixer et difficile à briser. Les grilles devant les fenêtres sont également une solution.

L’éclairage intelligent

Lorsqu’un logement est vide, il faut créer l’illusion de son occupation. C’est dans cet esprit qu’ont été créées des solutions intelligentes qui laissent croire qu’un logement est occupé. On peut ainsi installer un système d’éclairage qui allume certaines pièces dans un temps délimité (une simple minuterie peut également faire l’affaire). On peut aussi programmer l’ouverture et la fermeture des stores de façon automatique.

Bien entendu, les cambrioleurs sont au fait de ces évolutions technologiques et peuvent être capables de détecter le subterfuge. C’est pourquoi ce système ne dispense pas d’installer d’autres types de sécurité dans le logement.

Partagez
Tweetez
Partagez