Le grand retour des investisseurs sur le marché immobilier

investisseurs immobilier

 Après quelques années de désaffection, les investisseurs sont de retour sur le marché, d’après la dernière étude du réseau d’agences Century 21. Les taux d’intérêt au plancher , mais aussi d’autres raisons expliquent cet engouement pour la pierre.

« Jamais le marché immobilier de l’ancien n’a été aussi florissant, note le réseau d’agences Century 21 dans un communiqué de presse. Plus d’1 million de transactions seront réalisées en 2019. L’activité a progressé de 13,7 % entre le 3e trimestre 2018 et le 3e trimestre 2019. »

C’est dans ce contexte favorable à la pierre que l’on assiste à une envolée du nombre d’achats destinés à l’investissement locatif : + 19,9 % entre le 3e trimestre 2018 et le 3e trimestre 2019. L’investissement locatif représente donc dorénavant 27,1 % des transactions en France, un niveau jamais encore observé. A titre de comparaison, il y a 10 ans, la proportion des investissements n’était que de 14,8 %.

A Paris, cette tendance est encore plus forte : l’achat immobilier locatif représente 33 % des transactions, un niveau record.

Toute la région Ile-de-France est d’ailleurs dans le mouvement : les investisseurs sont à l’origine de 22 % des transactions (une proportion en hausse de 35 % dans la région !).

Pourquoi un tel engouement ?

Les investisseurs ont sans doute plusieurs raisons qui s’ajoutent à l’intérêt évident de taux au plancher :

  • Les incertitudes sur le devenir des retraites, ou plutôt la certitude que les pensions ont plus de chances de s’amoindrir que d’augmenter rend la pierre séduisante, plus que jamais considérée comme la valeur refuge absolue ;
  • La baisse programmée de rendement des livrets réglementés garantis (la rémunération du Livret A devrait passer à 0,50 % de taux d’intérêt) incite aussi les épargnants à se tourner vers un actif relativement sécurisé, comme l’immobilier ;
  • Enfin, les aléas des marchés boursiers détournent un certain nombre d’épargnants de ces actifs. Les fonds en euros ne garantiront bientôt même plus le capital tant leurs rendements ont chuté, tandis que les fonds prudents (OPCVM investis majoritairement sur les marchés monétaires et obligataires) inquiètent certains conseillers financiers, les jugeant trop risqués actuellement. De fait, pour pouvoir accroître les rendements et attirer les déçus des fonds en euros, les gérants de ces fonds prudents prennent plus de risques…

Alors, certes, l’immobilier n’est pas non plus un placement garanti, mais la pierre est relativement sécurisée, beaucoup moins volatile que les actifs boursiers. Même avec tous ses « défauts » (contraintes règlementaires exponentielles, notamment) l’immobilier locatif reste, dans le contexte actuel, un placement attractif. Les rendements pas toujours assez séduisants peuvent être augmentés par des actions concrètes de la part des investisseurs, comme nous le décrivons dans notre fiche Comment calculer le rendement locatif ?

En tout état de cause, ce soutien des investisseurs au marché immobilier doit être apprécié à sa juste valeur par les Pouvoirs Publics et inciter ces derniers à donner (enfin !) un statut correct aux bailleurs ! Comme cette dernière étude de marché le montre, ces derniers ont un rôle économique important.

Si vous avez des questions d’ordre juridique ou fiscal sur ce sujet, connectez-vous ou créez votre espace adhérent Gererseul et posez vos questions directement à nos partenaires dans l’onglet « Mes services exclusifs » puis « Assistance fiscale/juridique » (service réservé à nos abonnés payants).

Pages similaires

Pages populaires

Laissez un commentaire

Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez